Les filières énergétiques

Pour fonctionner, notre corps a besoin d’énergie.

Cette énergie, elle se retrouve sous forme d’ATP (Adénosine triphosphate) dans notre corps.

Notre corps va fabriquer cet ATP de différentes manières. C’est ce qu’on appelle les filières énergétiques.

Il en existe trois:

  • Aérobie
  • Anaérobie lactique
  • Anaérobie alactique

La filière aérobie permet de fabriquer de l’ATP à partir des graisses et des glucides, en présence d’oxygène.

Elle est prépondérante au cours des efforts de longue durée et relativement peu intensifs. Elle est à la base du développement de la condition physique.

Le sport pratiqué à très basse intensité sous forme de marche, de course, de cyclisme, de natation, de ski de fond, … permet de développer la filière aérobie de manière optimale.

Des séances d’entrainement progressives d’une durée allant de 40 minutes à une heure voire plus, sont idéales.

Elles correspondent à une intensité de 60 à 80 % de la fréquence cardiaque maximale (FCM).

On peut estimer cette fréquence cardiaque maximale en appliquant la formule suivante: 220 – âge pour un homme adulte et 226 – âge pour une femme.

Exemple d’une femme de 46 ans qui souhaite débuter la course devrait s’entrainer à un rythme cardiaque de

Nous pouvons estimer sa fréquence cardiaque théorique à 226 – 46 = 180 Puls

Pour être en endurance de base, nous calculons une de valeur de 60% de 180 Puls, soit 108 puls/min. Dans la pratique, elle veillera à courir dans une plage de fréquence allant de 108 à 126 Puls.

Au plus les entrainements sont longs, au plus elle se rapprochera des 108 Puls.

L’entrainement dans des plages de fréquences supérieures peut s’envisager après six mois d’entrainement en endurance de base. (60 à 70 % de FCM)

 

La filière lactique permet de fabriquer de l’ATP à partir des glucides, sans oxygène, mais entraine la formation d’acide lactique.

Cette filière est prépondérante au cours des activités intensitves et relativement limitées dans le temps.

Elle s’entraine principalement par Interval training et ne devrait être pratiquée que par des sportifs ayant de nombreux mois de pratique sportive en endurance (aérobie).

L’entrainement de la filière lactique doit toujours se faire en harmonie avec un entrainement de la filière aérobie.

Une pratique excessive, même pour un sportif de haut niveau, entraine une destruction de l’endurance et une acidose qui peut mener à des blessures à répétition, voire à des problèmes de santé graves.

L’entrainement de la filière anaérobie lactique se fera à des fréquences cardiaques allant de 85 à 100 % de FCM.

 

La filière alactique permet la fabrication d’ATP à partir d’un élément présent au sein des muscles: la phosphocréatine.

Elle est essentielle pour la réalisation de mouvements explosifs de très courte durée, tels que les sprints, les sauts, les lancers.

La plupart d’entre nous n’en ont pas besoin, mais les sportifs qui pratiquent des sports explosifs tels que l’athlétisme, les arts martiaux, ne pourront faire sans.

Certains sports tels que le tennis, nécessitent le développement des trois filières : aérobie pour tenir dans la durée des matchs, la filière lactique pour résister lors des échanges soutenus et la filière alactique pour les mouvements explosifs lors du service.

 

Contactez-nous !